semaine 2 (8 & 10 janvier)

Au programme cette semaine:

MARDI

JEUDI

  • BILLET DE BLOG (avant le cours) : question/commentaire sur les lectures
    LECTURES À FAIRE (avant le cours) : Lettres d’une Péruvienne, pp. 249-73
  • Cours magistral :
    —Introduction aux Lettres et au roman épistolaire
    —l’arrière-plan et le contexte culturel, à travers les lectures de cette semaine : l’Ancien Régime et les lumières (l’arrière-plan continuera à intervenir pendant les semaines à venir)
    les notes (en forme “note”)
  • BILLET DE BLOG (après le cours): question/commentaire sur le cours magistral

POUR LA SEMAINE PROCHAINE:

  • lectures + billets de blog: Lettres… pp. 273-316

Les billets de blog / les commentaires
= ajoutez vos questions et vos commentaires en-dessous.
NB: ce blog est public et il n’y a aucune obligation d’écrire sous votre vrai nom, ni d’utiliser vos vraies coordonnées : signez avec votre prénom ou un nom de plume (mais partagez votre pseudonyme avec votre prof afin de recevoir une note…) ; et mettez n’importe quelle adresse courriel, même un email fictif (exemple).

Version courte de ce qu’il y a à faire :

  • le 8 janvier – Qu’est-ce qu’un genre littéraire?
    BILLET DE BLOG (après le cours): question/commentaire sur le cours magistral
  • le 10 janvier – Lettres d’une Péruvienne, pp. 249-73
    BILLET DE BLOG (avant le cours): question/commentaire sur les lectures
    BILLET DE BLOG (après le cours): question/commentaire sur le cours magistral

 

Version longue:

(1) MARDI, avant le cours:
À partir de vos lectures cette semaine, formulez et posez une question—longue ou courte, simple ou compliquée—qui vous semble rusée, perspicace, et raisonnable à demander dans un examen
(à afficher avant midi mardi ; sauf la semaine 2: juste le jeudi)
→ Ces questions seront utilisées pour formuler les sujets de dissertation qu’on aura à la fin de nos lectures de chaque livre.

(2) POUR JEUDI, avant le cours
Faites une réflexion sur les lectures de la semaine – quelques lignes, un paragraphe
C’est à dire : un mini-commentaire : une réaction, et l’essai d’analyser cette réaction. Léger ou profond – quelque chose qui vous a frappé, qui vous a surpris, plu, ému – quelque chose que vous croyez n’avoir pas compris, ou avoir mal compris, mais qui vous paraît important – une comparaison avec le film, ou avec un autre livre ou d’autres connaissances – à vous de voir : l’important c’est que ce soit votre propre réaction individuelle. Ce que je note, surtout pendant les premières semaines du cours, c’est le fait de s’engager dans le texte.
(au moins une fois par semaine, avant midi jeudi)
→ Ces questions et ces réactions contribueront aux discussions pendant le cours, ainsi qu’aux travaux écrits du genre “atelier d’écriture.” Ils peuvent aussi contribuer à votre portfolio d’écriture.

(3) POUR JEUDI (après le cours de mardi)
Demandez une question et/ou faites une observation sur le cours magistral de mardi

(4) POUR LA FIN DE LA SEMAINE (après le cours de jeudi)
Demandez une question et/ou faites une observation sur le cours magistral de jeudi

ET PUIS ?

  • Vous pouvez bien sûr formuler autant de questions que vous voulez, et continuer à écrire des commentaires sur vos lectures, si bon vous semble.
  • Vous pouvez aussi discuter, continuer, élaborer, élargir, répondre, … en ajoutant un “commentaire” à un “poste” qui y est déjà (le vôtre ou d’autrui).

14 thoughts on “semaine 2 (8 & 10 janvier)

  1. Aubrey

    Le Côté Traduction du Roman me fait penser à l’idée de “bricolage” qui était créer par Claude Levi-Strauss et était discuter beaucoup par Jacques Derrida. Le Bricolage est le notion que dans l’art, on toujours prend notre inspiration par d’autres formes d’arts et par conséquence, on n’est pas capable à dire qu’un projet (ou un roman) est original ou créatif. Chaque fois qu’on traduire un roman, il est réformulé en reprenant certains éléments pour meilleur identifier avec une culture spécifique et pour accommoder une nouvelle mode. Je crois que chaque version d’un roman (chaque traduction) est important parce que chacun explique quelque chose de nouveau au sujet de la culture dans lequel il était créer.

    Je suis en accord avec Derrida que nous sommes tous des “bricoleurs” et que c’est impossible de créer quelque chose sans prendre d’inspiration de quelque part d’autre. Le côté problématique du Roman est une preuve que l’art est toujours influencé par d’autre formes d’art et culture.

    Voici le lien de Wikipédia qui explique l’idée de Derrida et Levi-Strauss. Excusez-moi, je n’était pas capable à trouver les mêmes définitions à la site française.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Bricolage
    http://en.wikipedia.org/wiki/Bricolage#Visual_art
    http://en.wikipedia.org/wiki/Bricolage#Philosophy

    Reply
  2. Aubrey

    Après avoir lu l’introduction et les premiers six lettres, j’ai l’impression que ce livre est plus que seulement un roman d’amour. Je crois (et j’espère d’avoir raison) que la préjudice est un thème qui va continuer pour la plupart de cet histoire. Dans l’Avertissement nous sommes avertir de n’avoir pas des préjugements parce que “rien ne rassure contre son jugement” (250). Quand on lit ces lettres d’une péruvienne, on ne doit pas avoir les mêmes croyance que nôtre protagoniste mais c’est nécessaire d’avoir un esprit ouvert pour l’apprécier.
    De plus, Zilia a l’aire d’être préjudice (et peut-être un peu ignorant?) contre tous les Espagnols et les autres inconnus. Bien sûre elle a bon raison de croire que les Espagnols sont des barbares car les uns qu’elle rencontre l’ont pris comme prisonnier. Cependant, on voit qu’elle a des moments lesquelles elle se doute et peut voir que certains des ces sauvages partagent des similarités avec elle: “Un moment détruit l’opinion qu’un autre moment m’avait donnée de leur caractère et de leur façon de penser à mon égard.” (271)

    Reply
  3. 22

    J’ai aimé entendre parler des différents types de littérature «genre». Je ne suis pas très familier avec l’étude de la littérature, surtout la littérature française, c’est pourquoi je me réjouis à l’étude de plus dans cette classe.

    Reply
  4. 22

    J’ai raison avec Aubrey, j’ai aussi trouvé l’auteur d’être biaisée lorsque l’on parle des «barbares». Un fait saillant pour moi a été deux lettres, lorsque l’auteur a une telle passion pour Aza et écrit même en prison et dans les fers. J’ai aussi l’impression que l’auteur est une femme très forte et courageuse, car elle raconte l’époque où les barbares l’ont emmenée. Je voudrais en savoir plus au sujet de leur amour et de la façon dont l’auteur est venu à aimer Aza si affectueusement.

    Reply
  5. Yoda

    « Nos ancêtres divinisaient tout ce qui les frappait de crainte ou de plaisir : peut-être ces sauvages n’éprouvent-ils ces deux sentiments que pour les femmes. » (273) Il semble que cette observation n’est pas très loin de la vérité. Peut-être c’est l’opinion de Françoise de Graffigny, l’auteur ? C’est une critique qu’on fait de notre société aujourd’hui. Traditionnellement, les attitudes des femmes contiennent des contradictions comme les actions des hommes dans cette histoire vers Zilia. Ils la vénèrent mais aussi elle est confinée dans son lit.

    Reply
  6. Napoleon

    Je trouve intéressant que, pendant l’époque où les “Lettres d’une peruvienne” était publié en France, les lecteurs étaient avertis de ne pas préjuger la culture du Pérou. Maintenant je crois qu’il faut demander aux lecteurs courants de ne pas préjuger la culture espagnole. C’est intéressant que l’avertissement au début des lettres nous donne une version très idéalisée de la culture péruvienne.
    Une autre chose: l’universitalité de ces lettres d’amour. Elles sont écrites dans une culture complètement différente de la nôtre, mais ils sonnent quand même très bien avec la culture française du 18ème siècle, et aussi avec la nôtre.

    Reply
    1. Tom

      Napoleon pose un commentaire intéressant. Il me fait pense de quelle époque l’histoire s’est lieu. Je sais que l’empire Inca fut conquis par les espagnols pendant le 16eme siècle, mais il ya de nombreux indices qui indiquent que l’histoire se déroule dans une date ultérieure. Il semble que l’auteur écrit à propos du 16ème siècle, mais avec des idéologies et de la technologie du 18ème siècle.

      Reply
  7. 22

    J’ai trouvé intéressant de la lecture d’aujourd’hui d’entendre parler des similitudes entre Des Cannibales et le roman que nous lisons aujourd’hui. Je pensais qu’il y avait un lien quand je lisais. Quand on pense à la façon dont l’auteur vu les Péruviens et des commentaires sur leur culture et leur mode de vie, il m’a fait penser à la façon dont nous percevons les autres cultures de notre monde aussi. Dans une veine similaire à Des Cannibales et Lettres d’une Péruvienne, les autres cultures ne sont pas «barbares», mais simplement différents. Le Canada est très multiculturelle, mais dans d’autres pays, je suis sûr que d’autres cultures ne sont pas aussi diversifiée et répandue!

    Reply
  8. Nelly Ky

    Tout d’abord, je suis ravie d’etudier ce type de genre litteraire parce que comme on l’a vu en classe, il incorpore non seulement la romance mais aussi l’aventure, les emotions et aussi l’introduction de nouvelles cultures notamment celles des Peruviens. J’ai aussi remarque beaucoup de similarites avec les Essais de Montaigne et je serai enchantee d’etudier en profondeur ce roman.

    Reply
  9. Nelly Ky

    Selon moi, un theme de ce livre pourrait etre; l’ethnocentrisme car l’auteur a travers son oeuvre essaye de faire valoir de nouvelles cultures en les presentant sous une forme qui peut etre tres comparable aux cultures europeenes. Il fait donc une critique subtile de l’ethnocentrisme et par la meme occasion encourage le relativisme culturel. Ainsi une question que je me pose est la suivante: L’auteur a travers son oeuvre essaye t’il de raisonner les europeens sur le fait que toute culture a le droit d’etre consideree quelle que soit la maniere dont elle est pratiquee?th

    Reply
  10. Helena Fisher-Welsh

    Je comprends que les lettres sont censé représenter romantique, mais les cris de « Aza! Mon cher Aza! » commencent à m’agace. Tout de même, Zilia est une héroïne très résistant, envisage spécialement sa jeunesse et sa naïveté. L’histoire est palpitant et je tarde savoir ce qui se passe ensuite.

    Reply
  11. 22

    L’amour pour Aza est extrêmement évidente dans les lettres que nous lisons cette semaine. Je suis particulièrement intrigué par Déterville et de leur relation. Je me demande s’ils vont tomber en amour ou si elle restera en amour avec Aza. J’ai tellement hâte de voir ce qui se passe ensuite.

    Reply
  12. Zainab Aziz

    L’introduction du texte m’a fait pensé au Cannibales de Montaigne et comment les européens trouve tout ce qui est diffèrent “barbare” et ils croient qu’ils sont le meilleure à cause de leur fierté extreme.

    Reply
  13. OO

    J’ai trouvé le début de la lettre première ironique parce que Zilia décrivait les hommes qui s’ont enlevée comme « ces sauvages impies » ou « les barbares » quand pendant cette période, les hommes pensaient à elle comme celle qui est le sauvage et le barbare (109).

    Je suis très étonnant par sa plus profonde sympathie pour Aza, en particulier quand elle se sentait concerné avec sa destinée que la sienne : Comment échapperas-tu a leur fureur ? Ou es-tu ? Que fais-tu ? Si ma vie t’est chère, instruis-moi de ta destinée (109).

    Reply

Leave a Reply to Nelly Ky Cancel reply

Your email address will not be published.