Conversation

En discutant avec un enseignant, j’ai appris plusieurs choses intéressantes sur le nouveau curriculum.

Quant aux avantages, l’accent est maintenant mis sur le processus plutôt que sur le résultat; les élèves devraient donc apprendre comment arriver à un point au lieu de simplement savoir “XYZ.” Lié à ceci est un autre avantage, celui de favoriser la créativité des étudiants, ce qui est important compte tenue des demandes de la société d’aujourd’hui.

Cependant, il existe aussi quelques défis. L’enseignant des nouveaux sujets et limité par non seulement un manque de ressources du gouvernement mais aussi les limitations spatiales des écoles. Par exemple, le contenu de “Applied Design, Skills, and Technologies” du 6eme et 7eme année dit que les élèves devraient étudier au moins 3 modules chaque année, comme le dessin technique, les études des aliments, le travail des métaux et les textiles. Cependant, il est probable que l’école n’a pas de salles pour enseigner les études des aliments ni les matériaux pour enseigner les textiles ou le travail des métaux. De plus, comme le nouveau curriculum est plus “ouvert,” le travail des élèves est moins mesurable pendant que l’ancien curriculum a dit en détail ce que l’élève devrait savoir. Par exemple, à propos des transformations en mathématique, l’ancien curriculum dit: “identify and plot points in the four quadrants of a Cartesian plane using integral ordered pairs” (BC Ministry of Education, 2007) pendant que dans le nouveau document, l’élève devrait savoir “combinations of transformations” (BC Ministry of Education, 2016). Il est donc plus difficile à mesurer les compétences des élèves.

Quant aux implications pour les étudiant-maitres, il est important qu’ils sont conscients d’où leurs élèves viennent en tant que la manière d’apprentissage. Il est possible que les élèves sont habitués à se faire dire quoi faire plutôt que de donner la possibilité d’être créatif, ce qui pourrait leur rendre frustrés. L’ancien curriculum était plutôt basé sur les notes de pourcentage et de lettre pendant que le nouveau se déplace vers les descripteurs.

Quelques questions qu’ont les enseignants à propos du nouveau curriculum sont:

  • What additional professional development/support will be offered?
  • Will there be any building upgrades/$$ for resources to meet the new learning outcomes?
  • When will the new reporting system be in place? What will it look like?

Finalement, les enseignants voudraient communiquer aux parents que la mise en œuvre du nouveau curriculum est un processus et que ça prendrai de temps différents pour les éducateurs à apprécier et intégrer les adaptations pour chaque sujet.

Resources:

BC Ministry of Education (2007). Mathematics Grade 7: Integrated Resource Package (2007). Retrieved from: http://www2.gov.bc.ca/gov/content/education-training/k-12/teach/curriculum/english/mathematics/mathematics-k-to-7-2007

BC Ministry of Education (2016). Applied Design, Skills, and Technologies. Retrieved from: https://curriculum.gov.bc.ca/curriculum/adst/7

This entry was posted in All Student Work 2017, Conversation. Bookmark the permalink.

1 Response to Conversation

  1. Isabeau Iqbal says:

    The space/intention clash is a very interesting one that I haven’t heard many people address to date. I’m glad you brought it up as physical space/classroom design/school setup needs to align with the educational approach. Yet, one is likely to change more often than the other because of the huge costs involved with renovating a physical space.

    It will be interesting to see how students adapt/or not to the more flexible approach. I imagine that it will be quite effortless for the younger ones. To what extent can you (as a teacher) provide more guidance to a student who needs it–regardless of their age?
    Thank you Chelsea.

Leave a Reply

Your email address will not be published.